>
Vous êtes ici
» Retour à la liste
Windows 9 ? NON Dite Bonjour à Windows 10
Le 30 / 09 / 2014

Il n’y aura finalement pas de Windows 9 puisque Microsoft vient de dévoiler le nom commercial de ce qui sera la prochaine mouture de son système d’exploitation : Windows 10.

Microsoft aura décidément voulu coûte que coûte s’éloigner de Windows 8 et de son image négative. La firme a expliqué que le nom de code, « Threshold », marquait littéralement le seuil d’une nouvelle étape. Mais quelle étape ? La firme indique que Windows 10, puisque c’est ainsi qu’il faut l’appeler maintenant, fonctionnera sur le plus grand nombre d’appareils jamais supportés : smartphonestablettes, ordinateurs fixes et portables et d’autres « form factors ».

 

L’éditeur confirme ainsi une rumeur qui n’a fait que prendre de l’ampleur depuis des mois : tous ces appareils fonctionneront sur la base d’une seule plateforme logicielle, avec une boutique d’applications unique. L’étape finale en quelque sorte des applications universelles pour Windows 8.1 et Windows Phone 8.1.

Windows 10, l'ami des entreprises

Mais Microsoft a rapidement plongé dans ce qui était un secret de polichinelle : Windows 10 a été pensé en bonne partie pour l’entreprise, avec qui le « dialogue commence aujourd’hui ». Le système sera compatible avec l’ensemble des outils utilisés actuellement, et la firme insiste sur le sentiment de familiarité qu’il donnera.

 

C’est ainsi que Joe Belfiore, l’un des responsables chez Microsoft, s’est lancé dans un véritable cours sur l’utilisation du système : un bureau, une barre des tâches, un menu Démarrer. Évidemment, la fuite d’une préversion a déjà révélé de nombreux aspects de fonctionnement de ce menu : une partie classique à gauche, une partie dynamique à droite reprenant les traits d’un mini-écran d’accueil de Windows 8. Les manipulations y sont d’ailleurs les mêmes : réarrangement, changement de taille et ainsi de suite.

 

windows 10windows 10

 

Belfiore ne cache même pas l’ambition de l’éditeur avec Windows 10 : charmer les conquis de Windows 7, qui avaient l’impression de faire tout rapidement, et leur donner un sentiment de vitesse accru. Et il insiste : « Ils n’auront pas à apprendre une nouvelle manière de conduire », une vraie torpille lancée contre Windows 8. Même la barre de recherche de ce dernier intègre le menu Démarrer et reprend les résultats universels déjà présents avec Windows 8.1.

Des applications ModernUI fenêtrées et... un mode Exposé

Pour compléter le menu Démarrer, il fallait également des applications ModernUI fenêtrées, et c’est désormais chose faite. Le résultat est exactement le même qu’avec l’outil Modern Mix de Stardock, mais Microsoft a ajouté les manipulations familières introduites avec Windows 7. On peut donc par exemple envoyer rapidement une fenêtre occuper la moitié gauche de l’écran en la faisant glisser vers un bord de l’écran.

 

windows 10windows 10

 

Et si beaucoup s’étaient demandés avec les années pourquoi Microsoft n’avait jamais repris le mode Exposé si cher aux utilisateurs d’OS X, l’attente est terminée. Un bouton « Task view » fait donc son apparition dans la barre des tâches et permet d’afficher en formes réduites toutes les fenêtres des applications. Les bureaux virtuels, s’ils ont été activés, s’afficheront en bas de l’écran dans cette vue. On peut donc retrouver facilement une fenêtre quand le nombre en devient trop important, ou prendre une application et l’envoyer par exemple dans l’un des bureaux virtuels.

 

Et pour bien montrer que tous les utilisateurs ont été pris en compte, en particulier ceux qui se servent beaucoup de leur clavier, Microsoft a procédé à certains aménagements. Exemple emblématique, la possibilité d’utiliser la combinaison Ctrl + V pour coller du texte dans l’invite de commande, y compris un chemin copié depuis l’explorateur.

L’utilisation tactile évolue également

La plupart des nouveautés auront dans tous les cas des manipulations tactiles associées. Bien que le bureau ne soit pas prévu pour être utilisé de cette manière, plusieurs gestes ont été ajoutés. La Task View par exemple peut être appelée par un glissement de la gauche de l’écran vers le centre. En mode tactile, le menu Démarrer opère en outre une transformation et s’agrandit pour remplir tout l’écran. Ce que Microsoft appelle d’ailleurs un « continuum » et la ressemblance entre les deux est faute pour être frappante. On peut voir que l’éditeur n’a pas tout à fait abandonné son crédo d’une interface capable de correspondre à tous les besoins. La différence, cette fois, est qu’elle met en place une correspondance entre les éléments, sans spécifiquement forcer les uns ou les autres.

 

 

Il faudra cependant attendre avant de mettre la main sur la version finale de Windows 10 car les rumeurs qui prêtaient à Microsoft une volonté de le lancer à la fin de l’année ou dans les premiers mois de 2015 sont inexactes : Windows 10 sera commercialisé après la conférence BUILD de l’an prochain, donc probablement en juin.

 

Par ailleurs, il s’agit pour l’instant d’un premier contact avec les bases du système. Rien n’est finalisé : ni l’interface, ni les nouveautés, que ce soit dans leur fonctionnement ou même dans leur quantité. Il n’y a donc eu aucune information sur la tarification ou sur la manière dont les utilisateurs pourront mettre à jour depuis les anciens Windows.

 

Dans tous les cas, Microsoft se dit confiant dans sa mission de fournir une expérience utilisateur capable de ravir aussi bien le grand public que l’entreprise : « Ceux qui utilisent un PC, un téléphone ou une tablette pour travailler sont les mêmes que ceux qui utilisent un PC, un téléphone ou une tablette à la maison pour jouer ». Et le système devrait concerner un grand nombre d’utilisateurs car il sera compatible avec les applications actuelles, tandis que la version ARM (car oui, il y en aura une) devrait selon la firme pouvoir être installée sur « la vaste majorité des appareils ».

 

Enfin, la préversion technique sera disponible dès demain, normalement à partir de 18h.

 

Source: NextINPact